Logique du Libéralisme, Jacques de Guenin

Edition : Institut Charles Coquelin
Prix TTC : 10,00 €
Date de parution : 2006Morale-Vie en société-Economie

La morale libérale enseigne le respect de la liberté de l’autre. Quant au fameux sophisme : « le libéralisme, c’est le renard libre dans le poulailler libre », il ne fait que traduire l’ignorance de ceux qui l’énoncent: le libéral est en effet du côté des poules, et il est souvent mangé par le renard en voulant les protéger. Ce clou mérite d’être enfoncé : le libéralisme n’est pas, pour le fort, la liberté de faire n’importe quoi au détriment du faible. Le libéralisme, c’est la protection du faible contre les exactions du fort. Vouloir qu’un individu soit libre, c’est s’interdire d’obtenir quoi que ce soit de lui par la coercition, et a fortiori par la violence. Le libéral est donc fondamentalement un non violent. S’il veut rallier quelqu’un à ses idées, il n’utilise pas d’autres moyens que l’exemple ou la discussion. S’il veut obtenir d’un autre un bien ou une prestation quelconque, il ne procède que par un échange librement consenti.
(Extrait du premier chapitre).

Lire l’introduction

Jacques de Guenin, Président du Cercle Frédéric Bastiat, est ingénieur de l’École de Mines de Paris et Master of Sciences de l’Université de Berkeley. 
Il a assumé diverses responsabilités techniques et financières dans deux multinationales : ExxonMobil et PSA Peugeot Citroën. Il a observé les comportements humains dans une cinquantaine de pays et en a tiré les enseignements qui font la trame de ce livre. Il a été maire de son village.
Il est l’auteur de divers articles d’économie et du livre « ATTAC ou l’intoxication des personnes de bonne volonté » aux éditions Charles Coquelin.

Publicités