Les problèmes fondamentaux de l’économie politique, Ludwig Von Mises

Préface d’Antoine Gentier, Professeur à l’Université de Grenoble2
Edition : Institut Charles Coquelin
Prix TTC : 20,00 €
Date de parution : 2006Les fondements méthodologiques de la Science Economique
Un exposé lumineux d’après une traduction inédite

Etudes sur la méthode, l’objet et la substance
de l’économie politique et de la sociologie.

L’édition de ce livre a été réalisé à partir d’une découverte faite par le Professeur Guido Hülsmann et Laurent Carnis dans les archives de Mises. Ces archives contenaient une traduction en français manuscrite effectuée au début des années 1940, du livre paru en 1933 en allemand.

Cette traduction est maintenant disponible pour le public francophone. Elle permet un accès au premier ouvrage de Mises sur les questions épistémologiques. C’est aussi un livre d’économie appliquée avec notamment une réflexion sur les causes de la crise économique des années 1930. Il offre en plus un panorama de la pensée économique de l’époque et des questions politiques. Ce livre constitue une réponse intellectuelle et scientifique aux idéologies totalitaires. Il expose la méthode de la science économique fondée sur le subjectivisme face à l’absence de méthode scientifique des analyses marxistes, historicistes ou national-socialistes.

________

Quand j’entrais à l’université, je ne pensais pas qu’une science économique fût possible… Au début de ma carrière universitaire, il n’y avait pas de partisan plus conséquent que moi de l’historicisme…
Devant chaque problème , l’économiste se trouve face aux questions fondamentales : « D’où viennent ces principes ? quelle est leur importance ? Comment se rattachent-ils à l’expérience et à la ‘réalité’ ? » Ce ne sont pas des problèmes de méthode ou même de technique de recherche ; ce sont en elles-mêmes les questions fondamentales.
Il ne vaut pas la peine de réfuter à nouveau l’idée selon laquelle on pourrait faire des mesures dans la sphère de l’action humaine comme on le fait en physique . Les statistiques économiques sont une méthode de l’histoire économique ; on ne peut en tirer aucune idée théorique…Nous n’esquissons pas l’ébauche d’une théorie économique nouvelle. Nous décrivons tout simplement ce qui, aujourd’hui, constitue la science économique.

Ludwig von Mises

« Epistemological studies »

Notes and Recollections, 1940

Quand ces essais furent publiés pour la première fois ils marquèrent une transition pour l’auteur, surtout connu à l’époque pour sa théorie de la monnaie et du crédit et son analyse critique du socialisme, du statut d’économiste au sens étroit du terme à celui de théoricien et de philosophe de la société en général…
Ils [ces essais] ont tenu remarquablement bien le test du temps.

F.A. Hayek, Prix Nobel d’Economie

Teachers College Record, March 1964

Ludwig von Mises (1881-1973). Economiste autrichien né à Lemberg en Autriche-Hongrie (aujourd’hui Lviv en Ukraine) en 1881, c’est à Vienne qu’il devint juriste puis économiste sous l’influence de Carl Menger et d’Eugen von Böhm-Bawerk. Parti de l’étatisme historiciste c’est la science économique qui l’amena au libéralisme. Ses contributions furent considérables et constituent une trentaine de livres. Parmi ceux-ci : La Théorie de la monnaie et du crédit (1912) étend la théorie de l’utilité marginale à l’analyse de la monnaie et pose les bases d’une théorie monétaire du cycle ; Le Socialisme (1922) et La bureaucratie (1944) montrent l’impossibilité du calcul économique en régime collectiviste ; Le Libéralisme (1927) expose les fondements de la doctrine et de la politique libérale ; les questions épistémologiques sont présentées dans Les Problèmes fondamentaux de l’économie politique (1933) ; L’Action Humaine ou Traité d’économie politique (1949) représente une somme, un véritable monument d’érudition, plus simple quoique synthétique. Enfin Politique économique (1979) donne accès avec clarté et concision aux principes de la Science Economique et du Libéralisme. En 1940, fuyant le nazisme il se réfugia aux Etats-Unis.où Il enseigna à l’Université de New York jusqu’à l’age de 89 ans tout en écrivant de nombreux ouvrages.
Une excellente biographie vient de paraître : Mises the Last Knight of Liberalism par le Professeur Guido Hülsmann. Elle est mise en ligne intégralement par Google Livres.

Publicités