De la Vème République, Jean-Philippe Feldman

Prix 15 euros

Editions Charles Coquelin – 2008

Email : edschcoq@noos.fr

Un livre essentiel pour comprendre la nécessité d’une Constitution libérale

Les institutions font débat aujourd’hui. A vrai dire, elles n’ont jamais cessé de prêter à controverse depuis plus de deux siècles. Installée en 1958, la Ve République apparaît comme un régime stable et durable en dépit – ou à cause ? – des vingt-quatre révisions dont elle a fait l’objet, la dernière en date étant celle du 23 juillet 2008. Les plus conservateurs la parent de toutes les vertus. Pourtant, beaucoup, quelles que soient leurs idéologies, la jugent à bout de souffle. Les hommes politiques et les écrivains se disputent à coup de réformes, plus ou moins profondes, voire de changement radicaux de régime ou de république. Malheureusement, leurs propositions tournent court, car elles s’appuient sur une étude superficielle de notre Constitution. Au mieux, elles analysent avec pertinence certaines conséquences sans même entrevoir les causes des maux existants. En réalité, les institutions actuelles souffrent d’un antilibéralisme congénital, accusé au fil des ans. Le remède ne consiste pas à embrasser le régime présidentiel, à inventer de nouveaux droits de l’homme, à accroître les pouvoirs du Parlement, à élargir le champ du référendum, à construire un super-état européen à la suite du traité de Lisbonne du 13 décembre 2007, pour prendre quelques exemples convenus, mais bien plus fondamentalement, à respecter les principes du constitutionnalisme et à instaurer pour la première fois dans l’histoire de France un authentique régime libéral.

Agrégé des facultés de droit, Jean-Philippe Feldman est professeur à l’Université Bretagne-sud et avocat à la Cour de Paris. Il a publié La bataille américaine du fédéralisme (P.U.F., 2004) et préfacé les Écrits politiques de Thomas Jefferson (Les Belles Lettres, 2006). Il est membre de l’Institut Michel Villey (Université Panthéon-Assas – Paris II).

 

Publicités